problème du stationnement des ~(s)

Un jour de fête, Shei Shonagon, suivante à la cour impériale du Japon, désire voir passer un cortège.

« En voyant arriver, dans un endroit où les véhicules étaient déjà serrés les uns contre les autres, des voitures occupées par des personnages de marque, et, derrière celles-ci, les voitures de leurs serviteurs, très nombreuses, je me demandais où elles iraient se caser toutes. Mais à ce moment, les hommes, en tête du cortège, sautèrent à bas de cheval, et firent reculer bien vite celles qui étaient arrêtées. Il était superbe d’admirer avec quelle rapidité avec laquelle on plaçait les chars des seigneurs et, à leur suite, ceux des valets. Mais comme les carrioles de peu d’apparence que l’on avait ainsi écartées semblaient pitoyables, pendant qu’on y attelait les bœufs, et qu’elles partaient pour aller chercher où se placer !

On ne pouvait pas être aussi brutal quand il s’agissait de superbes voitures. Parmi toutes celles qui s pressaient là, il en était de très jolies ; mais il s’en trouvait d’autres qui avaient un air campagnard, étrange. Les personnes qui les occupaient appelaient sans cesse leurs servantes et leur donnaient des bébés à tenir. »

Shei Shônagon, Notes de chevet, traduction et commentaires par André Beaujard, Connaissance de l’Orient, Gallimard / Unesco, 1966, Page 240

 

Hormis mon obsession pour les questions de stationnement en milieu hostile, je note une forte attention portée à la chose automobile par une suivante de la cour impériale japonaise du XIème siècle, mais aussi cette remarque finale sur les bébés dont on se débarrasse dans les bras des servantes.

 

 

Tweets de encycloDfemmes @encycloDfemmes
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© L´Encyclopédie des Femmes